Compte rendu du conseil consulaire du 20 avril 2016

Le conseil consulaire s’est réuni le 20 avril au consulat général de France à Canton. Nous étions également en vidéoconférence avec les consulats de Wuhan et de Chengdu. A l’ordre du jour, la tenue de la première commission des bourses pour l’année scolaire 2016-2017.

Les débats sont confidentiels mais je peux vous communiquer les éléments suivants :

  • Les bourses scolaires sont accordées en fonction des ressources des familles et peuvent couvrir totalement ou partiellement les frais de scolarités. L’attribution des bourses scolaires n’est pas automatique, elles sont octroyées chaque année dans la limite des crédits alloués.
  • Les demandes ont concernées 27 enfants qui sont ou seront scolarisés à l’EFIC à Canton, au sein du programme français de SIS à Shenzhen et à l’EFIW à Wuhan.
  • Pour les dossiers concernant des enfants scolarisés à SIS à Shenzhen, les frais de scolarité pris en compte pour le calcul de la bourse sont plafonnés sur les frais de scolarité de l’EFIC à Canton.
  • Les plafonds au dessus desquels aucune bourse ne peut être allouée n’ont pas changé: 100 000 euros pour le patrimoine mobilier, 200 000 euros pour le patrimoine immobilier.
  • Le montant de l’enveloppe allouée à Canton (pour les écoles de Canton et Shenzhen) était de 240 000 euros en augmentation par rapport à 2015.
  • Le montant de l’enveloppe allouée à Wuhan était de 30 000 euros en diminution du fait d’un nombre inférieur de demande.

Pour la première fois pour Canton, l’enveloppe notifiée par l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) était insuffisante pour couvrir les besoins exprimés en fonction de la stricte application des critères. L’augmentation des besoins s’explique par un nombre de dossiers recevables plus important, la baisse de revenus de plusieurs familles et l’augmentation des frais de scolarité. Le conseil a, sous mon impulsion, demandé un dépassement de cette enveloppe, notamment pour que les familles boursières puissent continuer à bénéficier d’une bonne couverture des frais de transport de l’EFIC. Ce dépassement a été finalement accepté par la commission nationale des bourses le 8 juin.

La situation est difficile en raison de la hausse du coût de la vie en Chine, de la dégradation de la situation de certaines familles et du contexte budgétaire en France. L’année prochaine, il faudra rester vigilant sur cette question de l’enveloppe des bourses pour éviter qu’un enfant soit déscolarisé en raison de la situation financière de sa famille.